Écrit par Mila Khyentse

Mila Khyentse est un enseignant français du Bouddhisme Tibétain et du Dzogchèn et l'initiateur du projet Dzogchen Today!

Blog | Dzogchèn | Dzogchèn Histoire | Les bases du Dzogchèn

Pour la tradition Dzogchèn, tout remonte à Garab Dorje qui, selon la tradition, est apparu 160 ans après le parinirvana du Bouddha.

Tout remonte à Garab Dorje (qui, selon la tradition, apparut 160 ans après le parinirvana du Bouddha) qui transmit à son disciple, Manjushrimitra, la somme de ses enseignements en 6 400 000 versets (Doha), son testament spirituel. Parmi ces versets figurent les trois préceptes, “Les trois préceptes pénétrants” (tib. : Tsig soum nédeg, Tshig gsum gnad rdegs1), l’essence du dzogchen.

 

Ngo rang thog tu sprad : La présentation directe qui révèle la nature essentielle.
Thag gcig thog tu bcad : La décision directe dans la certitude.
gDeng grol thog tu bca’ : Demeurer directement dans la Confiance de la Libération.

 

Le Dzogchèn est une tradition qui est encore pleinement vivante grâce à toutes les générations passées qui n’ont jamais oublié leurs prédécesseurs ni leur enseignement..

 

Manjushrimitra divisa ces versets en trois séries, celle de l’Esprit, celle de l’Espace et celle des Instructions Primordiales (cette dernière divisée en sections orale et explicative). Il a laissé à son disciple, Shri Singha, son testament spirituel appelé les “Six Expériences Méditatives”. A son tour, Shri Singha divisa la série explicative des Instructions Primordiales en cycles externe, interne, secret et ultra-secret dans une progression explicative de plus en plus exempte de concepts. Il conditionna leur transmission par une quadruple introduction (à la nature de l’esprit) : élaborée, simple, très simple et finalement ultimement simple. Shri Singha eut deux disciples, Vimalamitra et Jñanasutra. Ce dernier, qui reçut davantage d’enseignements de Shri Singha, fut également le maître de Vimalamitra à qui il légua son testament, “Les Quatre Méthodes Profondes”. Vimalamitra fut invité au Tibet par les traducteurs Kawa Paltsek et Chokro Lui Gyeltsen, où il resta treize ans avant de disparaître au Wutaishan (Chine). Avec un traducteur du Tibet oriental nommé Youdra Nyingpo, ils traduisirent un grand nombre de textes Dzogchèn, ce qui constitua l’une des introductions du Dzogchèn au Tibet.

Une autre transmission fut faite par Vairotsana, un Tibétain d’origine, qui se rendit en Inde pour recueillir les transmissions de Shri Singha, de qui il reçut la série de l’Esprit et de l’Espace. Désireux de recevoir davantage de transmissions, il resta en Inde et finit par recevoir l’intégralité des 6 400 000 versets du Dzogchèn. Il retourna ensuite au Tibet et enseigna tout ce qu’il avait recueilli. Enfin, un maître du Nord-Ouest de l’Inde nommé Padmasambhava, extrêmement connu dans le monde tibétain, aurait propagé une partie de la série des Instructions Primordiales reçues de Shri Singha.

 

Très rapidement au Tibet, ce sont les enseignements des Instructions Primordiales qui se sont répandus. Ces textes sont aujourd’hui connus sous le nom des “Dix-sept Tantras”.
Un grand maître tibétain du XIVe siècle, Longchen Rabjampa, a compilé la quasi-totalité de la littérature Dzogchèn antérieure en trois sommes : “Les Sept Trésors”, “La Trilogie de la Liberté Naturelle” et “La Trilogie de la Détente Naturelle”. Il s’est attaqué aux définitions, les rendant plus claires et plus affinées.
Depuis le XIe siècle au Tibet, les enseignements du Dzogchèn se sont enrichis de textes retrouvés dans l’esprit de pratiquants réalisés, appelés “Terteun” (Découvreurs ou Révélateurs de Trésors). Au XIVe siècle, apparaît le cycle du moment de la mort appelé “Karling Shitro” (du nom de son découvreur Karma Lingpa). À la fin du même siècle, Rigdzin Geudem découvre “La Sagesse pénétrante”. Au XVIIe siècle, Terdak Lingpa révèle “Le cœur du Sens Profond de l’Ati”. Au XVIIIe siècle, Jigme Lingpa dévoile le cycle de “L’essence du Cœur de l’Immensité” qui devient l’enseignement Dzogchèn le plus pratiqué au cours des trois derniers siècles.

Longchen Rabjampa a systematisé l’approche méthodologique2. Selon lui, elle est tripartite et structure l’ensemble du chemin.
1- Félicité (déwa, bde ba)
2- Radiance, clarté (selwa, gsal ba)
3- Absence de pensée (mitogpa, mi rtog pa)

Ce sont trois qualités (émergeant de la pratique de la voie dzogchèn) et natures (immanentes à l’esprit) qui constituent la base d’une voie tripartite :
1- préliminaires
2- pratique principale
3- phase d’achèvement
Ce chemin en trois parties peut être résumé comme étant le Tsig soum nédeg.

Dans le Dzogchèn, comme dans la plupart des traditions du monde asiatique, la lignée de transmission de génération en génération est d’une importance capitale : elle permet de se connecter de manière authentique avec l’origine de la réalisation, car elle a été maintenue vivante depuis le début.
Le Dzogchèn est une tradition qui est encore pleinement vivante grâce à toutes les générations passées qui n’ont jamais oublié leurs prédécesseurs ni leur enseignement.

1-Lorsque le tibétain est mentionné, le premier terme est la prononciation orale et le second terme, en italique, est la translittération wylie. Back

2– Longchenpa, translation and comments by Herbert V. Guenther, Kindly bent to ease us: the trilogy of Finding comfort and ease, Ngal gso skor gsum, vol. 2 Meditation, Dharma Publishing, 1976.

Poussière

 « dans cent ans, toutes les personnes que tu connais seront mortes et auront disparu » Poussière Dans le métro, mon regard est tombé sur de la poussière dans un angle de ma valise. Ça m’a fait comme un déclic, une porte qui s’ouvre sur la réalisation subite que même...

Le Toy Train

Des plaines jusqu’au sommet de la Grande Perfection    Dans cet article, Mila Khyentse fait un parallèle ferroviaire entre la montée à Darjeeling avec le petit train et la voie du Dzogchèn.Darjeeling, le Toy Train et le Dzogchèn Si vous êtes allés dans les...

L’ermitage du mandarin et l’appartement du yogi

From the caves to the the skyscrapers… this is always Great Perfection.

Vivre et mourir à la manière Dzogchèn

Dans cet article, Johanne met en avant que la pratique du Dzogchèn se fait toujours avec nos conditions de vie.

Partager le Dzogchèn

Dans cet article, Mila Khyentse parle de l’importance de partager la tradition Dzogchèn et de la manière de la transmettre. Cela peut être utile aujourd’hui !

Adapter le Dzogchèn

Dans cet article, Mila Khyentse parle de la nécessité d’adapter les enseignements du Dzogchèn à la pensée et aux cultures d’aujourd’hui et de demain.

Préserver le Dzogchèn

Dans cet article, Mila Khyentse aborde la question de la préservation de l’héritage Dzogchèn aujourd’hui dans le monde moderne.

Le Yéti et la tasse de thé

In this article, Johanne talks about the encounter with Dzogchen: how it can happen and what the introduction can look like. A bit like the mountain yeti with a cup of tea!

Un temps (profond) pour moi

Il est vraiment essentiel pour le Dzogchèn d’avoir assez régulièrement du temps pour soi. Dans cet article, Mila Khyentse nous parle de la façon dont nous pouvons reconnecter réellement avec nous-même sans aucune interférence…

La traduction comme Adaptation

Dans cet article, Grégoire nous explique ce que représente la traduction du Dzogchèn, quelques-uns de ses pièges et une poignée de ses infinies possibilités.Rigpa, l'essence de la tradition La traduction de textes tibétains en français est une...

Abonnez-vous à notre Newsletter

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles, changements et les tout derniers articles de Dzogchen Today!