L’ermitage du mandarin et l’appartement du yogi

Des grottes aux gratte-ciels… il y a toujours la Grande Perfection.

 

 

Écrit par Paul Baffier

Paul, traducteur du tibétain vers l'anglais et le français. Il a été formé à l'INALCO et au Rangjung Yeshe Institute.

Blog | Traductions des Textes Dzogchèn | Traductions Dzogchèn

Dans cet article, Paul s’intéresse à des problématiques de traduction liées à des différences de culture.
L’ermitage du mandarin et l’appartement du yogi

Dans un article resté célèbre, Jan Nattier démontre que le traducteur chinois Zhi Qian (222-252 ap. J.C.) n’a pas seulement traduit du sanskrit au chinois, il a adapté. C’est-à-dire que certains concepts de la culture indienne, notamment la retraite ascétique dans la jungle (au beau milieu des bêtes carnivores) ne passaient pas auprès du public lettré des mandarins chinois : pratiquer un chemin spirituel oui, mais en fonction de conditions qui étaient les leurs, dans des structures physiques et mentales qui étaient les leurs.

Dès lors, Zhi Qian s’adapte et transforme le mot : le terme sanskrit araṇyavāsa, « demeure dans un lieu sauvage », devient en chinois kongxianchu, « lieu de loisirs vide », ce qui désigne l’ermitage de campagne de quelqu’un de riche, et évoque un certain confort de situation contrastant avec l’intense érémitisme indien.

 Ainsi donc, Zhi Qian, littéralement, change le texte.

Sacrilège ? Compassion. Trahison des textes sacrés ? Bienveillance fondamentale envers les êtres. Car il s’agit de porter à leur connaissance, toute une série de points-clefs et d’expériences fondamentales dans les structures qui sont les leurs. Ensuite, petit-à-petit ou d’un coup, ces expériences auront beau jeu de faire exploser ces structures pour faire apparaître l’éclat de la nature de l’esprit dans son éblouissante nudité. Car il s’agit de nous transmettre, par-delà le brouillard de notre confusion, une expérience immédiate qui dissipe la brume de notre esprit.

 Sacrilège ? Compassion. Trahison des textes sacrés ?Bienveillance fondamentale envers les êtres. …

Le Dzogchèn du XXIème siècle

Dès lors, nous aussi, qui pratiquons au XXIème siècle en Occident, dans les conditions qui sont les nôtres, une voie de connaissance intrinsèque, nous devons adapter certaines structures de langage qui, datant d’autres âges et d’autres cultures, ne font plus écho à notre expérience quotidienne.

Ainsi : un texte parle-t-il d’un conducteur de char ? Ne pourrait-on pas en faire un chauffeur de taxi ? Un coracle ne pourrait-il pas devenir un ferry ? Un pont est-il forcément en bois, ne peut-il pas devenir l’immense Golden Gate de la baie de San Francisco ?

 

ENTENDONS-NOUS BIEN :

il ne s’agit pas de modifier les textes qui appartiennent à une tradition historique bien définie, et qui en ce sens, sont riches d’anecdotes et de symboles millénaires : nous les traduisons tels quels en restant fidèles à leur lettre, ils sont un patrimoine dont la richesse défie l’entendement ;

…mais pour autant, il s’agit bien pour notre époque et nos conditionnements culturels d’en extraire l’essence, les termes-clefs, les articulations-pivots, afin que le sens fondamental de l’expérience primordiale continue de se transmettre au-delà des formes extérieures, provisoires, mutables, de la culture passée.

C’est là où se re-pose, se reformule, la notion de patrimoine : traduirons-nous pour préserver le patrimoine des formes de civilisations anciennes qui sont en voie de disparition ? Ou bien traduirons-nous pour préserver le patrimoine, plus secret, plus intime, de la culture sapientielle qui a consisté pour bien des générations d’humains avant nous, à pratiquer la reconnaissance et l’approfondissement de cet état primordial, fondamental, de la nature de l’esprit ?

Si tel était le cas, les formes extérieures n’auraient plus qu’une importance relative… Voici donc une nouvelle génération de pratiquants de l’état primordial, de yogis qui, indifféremment, pourront passer des grottes perdues dans la nature sauvage aux appartements des jungles urbaines, des déserts brûlants aux fraîches maisons de campagne, des îles du milieu des vastes étendues océaniques aux minces studios d’étudiants, sans chercher à préserver autre chose que la connaissance intrinsèque de la nature de l’esprit, la source de toute réalité.

 

Un bon programme !

PLUS D’ARTICLES

Poussière

 « dans cent ans, toutes les personnes que tu connais seront mortes et auront disparu » Poussière Dans le métro, mon regard est tombé sur de la poussière dans un angle de ma valise. Ça m’a fait comme un déclic, une porte qui s’ouvre sur la réalisation subite que même...

Le Toy Train

Des plaines jusqu’au sommet de la Grande Perfection    Dans cet article, Mila Khyentse fait un parallèle ferroviaire entre la montée à Darjeeling avec le petit train et la voie du Dzogchèn.Darjeeling, le Toy Train et le Dzogchèn Si vous êtes allés dans les...

Vivre et mourir à la manière Dzogchèn

UN CONTE DZOGCHÈN     Dans cet article, Johanne met en avant que la pratique du Dzogchèn se fait toujours avec nos conditions de vie. Dans les hautes montagnes du Tibet, niché au cœur d’une vallée, se trouvait un trésor… un monastère Dzogchèn. Le chemin pour...

Partager le Dzogchèn

Partager pour Preserver. Preserver pour Adapter. Adapter pour Partager. Intégrer le Dzogchèn pour le partager Partager le Dzogchèn, c’est le transmettre et apprendre à le transmettre. C’est la troisième partie principale du projet Dzogchen Today! après la préservation...

Adapter le Dzogchèn

Adapter pour Partager. Partager pour Préserver. Préserver pour Adapter. Adapter pour Aujourd'hui et DemainPréserver le Dzogchèn c’est aussi l’adapter. Sinon, comment peut-il toujours vivre et exister, que ce soit dans notre esprit ou dans nos gestes ? Le second point...

Préserver le Dzogchèn

Préserver pour Adapter. Adapter pour Partager. Partager pour Préserver. Dzogchèn, l'experience directeLorsque l’on parle de préservation, la première chose qui vient immédiatement à l’esprit lorsqu’il s’agit du Dzogchèn, de la tradition de la Grande Perfection, est de...

Le Yéti et la tasse de thé

Dans cet article, Johanne parle de la rencontre avec le Dzogchèn : comment cela peut arriver et à quoi peut ressembler cette introduction. Un peu comme le yéti avec une tasse de thé !Comment on rencontre le Dzogchèn ? Vous êtes assis, dans une...

Un temps (profond) pour moi

Il est vraiment essentiel pour le Dzogchèn d’avoir assez régulièrement du temps pour soi. Dans cet article, Mila Khyentse nous parle de la façon dont nous pouvons reconnecter réellement avec nous-même sans aucune interférence...On parle beaucoup de prendre du temps...

La traduction comme Adaptation

Dans cet article, Grégoire nous explique ce que représente la traduction du Dzogchèn, quelques-uns de ses pièges et une poignée de ses infinies possibilités.Rigpa, l'essence de la tradition La traduction de textes tibétains en français est une...

Quand l’Absolu s’invite à la table du petit-déjeuner

Quand l'Absolu s'invite à la table du petit-déjeuner Damien, un pratiquant de longue date, nous parle de l'irruption de l'absolu dans notre quotidien. Il s'invite même au petit-déjeuner, un temps où nous aimerions plutôt déjeuner en paix...     C’est...

Abonnez-vous à notre Newsletter

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles, changements et les tout derniers articles de Dzogchen Today!