Un temps (profond) pour moi

Écrit par Mila Khyentse

Mila Khyentse est un enseignant français du Bouddhisme Tibétain et du Dzogchèn et l'initiateur du projet Dzogchen Today!

Blog | Vie quotidienne

Il est vraiment essentiel pour le Dzogchèn d’avoir assez régulièrement du temps pour soi. Dans cet article, Mila Khyentse nous parle de la façon dont nous pouvons reconnecter réellement avec nous-même sans aucune interférence…

On parle beaucoup de prendre du temps pour soi, le fameux « Me Time », et généralement nous n’y arrivons pas forcément très bien. On se dit : « ah, je vais enfin pouvoir prendre du temps pour moi : je vais en profiter pour aller boire un verre avec les copines ou faire les boutiques avec les potes ». Ceci, est-ce véritablement prendre du temps pour soi si on est toujours avec du monde ?

Dans le Dzogchèn, prendre du temps pour soi, c’est vraiment prendre du temps pour soi : c’est à dire se retrouver tout seul « avec soi » et profiter de ces instants de calme pour se concentrer un petit peu plus sur ce que nous sommes plus profondément.

À chaque fois que l’on fait cela, on en découvre un peu plus sur nous et notre fonctionnement et c’est extrêmement gratifiant car nous nous connaissons ainsi de mieux en mieux.

Lorsque nous sommes en interaction, toujours en train d’échanger, nous n’avons ni la place ni le temps de nous retourner vers nous-même et de pouvoir observer réellement ce qui se trouve là.

Même avec son smartphone, ce n’est pas prendre du temps pour soi. C’est prendre du temps avec son smartphone et être en interaction d’une manière ou d’une autre : en lisant ses mails, en lisant le fil d’actualités de notre réseau social favori, en consultant la messagerie instantanée de son groupe personnel favori, etc. Tout ceci, ce n’est pas soi…

Dix minutes par jour pour réaliser peut-être ce qui est le plus important pour moi… ce n’est peut-être pas trop cher payer ?

Ne prenant jamais le temps d’être seul avec moi-même, je ne me connais pas vraiment : je sais que des pensées m’habitent, ainsi que des émotions, des choses agréables et désagréables… mais au fond, je ne sais vraiment pas grand-chose de la façon dont je fonctionne réellement, tout seul, sans interaction.

Ainsi, ai-je décidé de prendre au moins dix minutes par jour pour être seul et me concentrer sur moi-même et tenter d’observer, directement, ce qui passe dans mon esprit le moment où ça passe ; de regarder ce qui s’agite ou au contraire ce qui est profondément calme. Qu’est-ce que j’aime ou qu’est-ce que je déteste réellement, dans cet instant, dans ce temps (profond) pour moi ?

Poussière

 « dans cent ans, toutes les personnes que tu connais seront mortes et auront disparu » Poussière Dans le métro, mon regard est tombé sur de la poussière dans un angle de ma valise. Ça m’a fait comme un déclic, une porte qui s’ouvre sur la réalisation subite que même...

Le Toy Train

Des plaines jusqu’au sommet de la Grande Perfection    Dans cet article, Mila Khyentse fait un parallèle ferroviaire entre la montée à Darjeeling avec le petit train et la voie du Dzogchèn.Darjeeling, le Toy Train et le Dzogchèn Si vous êtes allés dans les...

L’ermitage du mandarin et l’appartement du yogi

From the caves to the the skyscrapers… this is always Great Perfection.

Vivre et mourir à la manière Dzogchèn

Dans cet article, Johanne met en avant que la pratique du Dzogchèn se fait toujours avec nos conditions de vie.

Partager le Dzogchèn

Dans cet article, Mila Khyentse parle de l’importance de partager la tradition Dzogchèn et de la manière de la transmettre. Cela peut être utile aujourd’hui !

Adapter le Dzogchèn

Dans cet article, Mila Khyentse parle de la nécessité d’adapter les enseignements du Dzogchèn à la pensée et aux cultures d’aujourd’hui et de demain.

Préserver le Dzogchèn

Dans cet article, Mila Khyentse aborde la question de la préservation de l’héritage Dzogchèn aujourd’hui dans le monde moderne.

Le Yéti et la tasse de thé

In this article, Johanne talks about the encounter with Dzogchen: how it can happen and what the introduction can look like. A bit like the mountain yeti with a cup of tea!

Un temps (profond) pour moi

Il est vraiment essentiel pour le Dzogchèn d’avoir assez régulièrement du temps pour soi. Dans cet article, Mila Khyentse nous parle de la façon dont nous pouvons reconnecter réellement avec nous-même sans aucune interférence…

La traduction comme Adaptation

Dans cet article, Grégoire nous explique ce que représente la traduction du Dzogchèn, quelques-uns de ses pièges et une poignée de ses infinies possibilités.Rigpa, l'essence de la tradition La traduction de textes tibétains en français est une...

Abonnez-vous à notre Newsletter

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles, changements et les tout derniers articles de Dzogchen Today!