Un temps (profond) pour moi

Écrit par Mila Khyentse

Mila Khyentse est un enseignant français du Dzogchèn et du Bouddhisme tibétain et l'initiateur du projet Dzogchen Today!

Blog | Et moi dans tout ça ?

Il est vraiment essentiel pour le Dzogchèn d’avoir assez régulièrement du temps pour soi. Dans cet article, Mila Khyentse nous parle de la façon dont nous pouvons reconnecter réellement avec nous-même sans aucune interférence…

On parle beaucoup de prendre du temps pour soi, le fameux « Me Time », et généralement nous n’y arrivons pas forcément très bien. On se dit : « ah, je vais enfin pouvoir prendre du temps pour moi : je vais en profiter pour aller boire un verre avec les copines ou faire les boutiques avec les potes ». Ceci, est-ce véritablement prendre du temps pour soi si on est toujours avec du monde ?

Dans le Dzogchèn, prendre du temps pour soi, c’est vraiment prendre du temps pour soi : c’est à dire se retrouver tout seul « avec soi » et profiter de ces instants de calme pour se concentrer un petit peu plus sur ce que nous sommes plus profondément.

À chaque fois que l’on fait cela, on en découvre un peu plus sur nous et notre fonctionnement et c’est extrêmement gratifiant car nous nous connaissons ainsi de mieux en mieux.

Lorsque nous sommes en interaction, toujours en train d’échanger, nous n’avons ni la place ni le temps de nous retourner vers nous-même et de pouvoir observer réellement ce qui se trouve là.

Même avec son smartphone, ce n’est pas prendre du temps pour soi. C’est prendre du temps avec son smartphone et être en interaction d’une manière ou d’une autre : en lisant ses mails, en lisant le fil d’actualités de notre réseau social favori, en consultant la messagerie instantanée de son groupe personnel favori, etc. Tout ceci, ce n’est pas soi…

Dix minutes par jour pour réaliser peut-être ce qui est le plus important pour moi… ce n’est peut-être pas trop cher payer ?

Ne prenant jamais le temps d’être seul avec moi-même, je ne me connais pas vraiment : je sais que des pensées m’habitent, ainsi que des émotions, des choses agréables et désagréables… mais au fond, je ne sais vraiment pas grand-chose de la façon dont je fonctionne réellement, tout seul, sans interaction.

Ainsi, ai-je décidé de prendre au moins dix minutes par jour pour être seul et me concentrer sur moi-même et tenter d’observer, directement, ce qui passe dans mon esprit le moment où ça passe ; de regarder ce qui s’agite ou au contraire ce qui est profondément calme. Qu’est-ce que j’aime ou qu’est-ce que je déteste réellement, dans cet instant, dans ce temps (profond) pour moi ?

Dix minutes par jour pour réaliser peut-être ce qui est le plus important pour moi… ce n’est peut-être pas trop cher payer ?

La réalité du geste

Dans “la réalité du geste”, le dernier article de la série sur le geste, Mila Khyentse parle de la nature réelle du geste, de l’action.

Je fais donc je suis

Dans « Je fais donc je suis » Damien observe comment la vue du Dzogchèn libère de l’illusion d’un moi fabriqué par l’action.

L’enseignement spécial du sage et radieux souverain

“L’enseignement spécial du sage et radieux souverain” de Patrul Rinpoche est une nouvelle traduction du comité de traduction Dzogchen Today!

La dynamique du geste

Découvrez l’article de Johanne “la dynamique du geste” perçue comme expression de la nature de l’esprit, avec une dédicace au Bhoutan.

Pourquoi commencer le chemin de la Grande Perfection ?

Dans “Pourquoi commencer le chemin de la Grande Perfection ?”Vincent évoque ses motivations à entreprendre le chemin de la Grande Perfection.

Chats et singes

Dans sa biographie du maître dzogchen et tertön Jamyang Khyèntsé Wangpo, Jamgön Kongtrul compare les pratiquants à des singes et à des chats.

Le dragon illusoire

Dans “Le dragon illusoire”, Paul parle des illusions du chemin pré-spirituel ou comment la procrastination empêche de vraiment commencer.

La montagne est vivante ! 3

Dans «La montagne est vivante ! 3» Paul évoque l’incidence de la montagne sur la vie humaine et la redéfinit parmi les autres formes d’êtres.

Moi, moi, moi (et les autres ?)

Dans « Moi moi moi (et les autres ?) », Damien nous propose de rencontrer un moi au-delà du moi et un autrui libre de toute idée d’autrui.

Le jeu du repli et du rejet

Dans Le jeu du repli et du rejet, premier article de la série “La vie ensemble”, Nils fait le lien entre les trois émotions fondamentales qui guident notre vie, et leur nature véritable.

Abonnez-vous à notre Newsletter

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles, changements et les tout derniers articles de Dzogchen Today!